Liposuccion : qu’est-ce qu’une liposuccion ?

Une personne obèse subit chaque jour un combat moral afin de pouvoir vivre avec un tel complexe, et parfois, même en passant par des efforts d’ordres alimentaire et sportif, elle n’arrive pas perdre du poids. Dans ce cas, certains médecins recommandent une liposuccion, pour mettre fin à sa souffrance.

En quoi consiste la liposuccion ?

On sous-entend par les appellations liposuccion et lipoaspiration, une intervention chirurgicale d’ordre esthétique, qui consiste à retirer l’excès de graisse accumulé sous la peau, notamment dans certains zones du corps telles que le ventre, la culotte de cheval (la zone trochantérienne), les hanches, les cuisses, les genoux, les mollets, les chevilles, les bras, le dos, et même au niveau du visage et du cou (dans le cas de double menton). Cette technique a pour but le raffermissement et la tonification de la silhouette, en amincissant certaines zones du corps. La procédure de l’opération consiste à introduire à travers de minuscule incisions, des petites sondes de 3 à 4 mm conçues en mousse, non tranchantes, et transpercées au niveau de leurs extrémités de plusieurs ouvertures, ces canules sont branchées à un circuit clos et à pression négative, elles vont aspirer l’excès de graisse.

Le déroulement de cette opération chirurgicale se fait sous anesthésie générale ou locale, et dure environ une heure. L’hospitalisation du patient dépend de la quantité de graisse éliminée, elle commence généralement une nuit avant l’intervention et peut durer jusqu’à 2 jours.

Quels sont les dangers d’une liposuccion ?

Comme pour toute intervention chirurgicale, le seul fait de franchir la porte du bloc présente des risques, tels que ceux liés à l’anesthésie, les hématomes, et les infections exceptionnelles, et ceux qui sont spécifiques à la liposuccion. Parmi ces dangers on compte les suivants :

  • Complications thrombo-emboliques : (phlébite et embolie pulmonaire), ce sont les plus graves lors de l’intervention, car elles peuvent conduire à la mort du patient.
  • Lymphorée : c’est un épanchement lymphatique qui se traite obligatoirement avec des ponctions ou un drainage.
  • L’hématome : ce sont les caillots de sang.
  • Une hémorragie lors de l’opération.
  • Les infections : le risque des infections est peu fréquent, mais dans un tel cas, un traitement adapté par antibiotiques serait nécessaire. Cependant dans les cas graves, le retour au bloc pour un lavage sera obligatoire.
  • Un phénomène de cicatrisation inattendue.

La liposuccion est considérée par certains médecins comme une intervention dangereuse, ce qui a conduit deux médecins libéraux à s’y opposer avec une lettre adressée au premier ministre en 2015, afin qu’il interdise sa pratique en s’appuyant sur l’article L. 1151-3 du code de la santé publique. Cependant, ce dernier a considéré que la liposuccion ne présente pas de risques sur la santé publique qui obligerait son interdiction